×
A
A
A
Réglage

Plus de 7 millions de personnes sont menacées par une insécurité alimentaire aiguë au Soudan du Sud

Bakou, 3 novembre, AZERTAC

Alors que la faim et la malnutrition sont en nette hausse dans les zones touchées par les inondations, la sécheresse et les conflits, certaines communautés du Soudan du Sud risquent de mourir de faim si l’aide humanitaire n’est pas maintenue, ont averti jeudi des agences des Nations Unies.
La proportion de personnes confrontées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire et de malnutrition n’a jamais été aussi élevée, dépassant les niveaux observés même pendant le conflit en 2013 et 2016, ont alerté l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM).
Selon la dernière analyse du Cadre Intégré de la classification de la sécurité alimentaire (IPC), 7,76 millions de personnes sont susceptibles d’être confrontées à une insécurité alimentaire aiguë pendant la période de soudure d’avril à juillet 2023, tandis que 1,4 million d’enfants seront malnutris.
43.000 personnes menacées de famine
Au moins 43.000 autres Sud-Soudanais devraient vivre dans une situation d’insécurité alimentaire aiguë catastrophique (phase 5).
« Nous avons été en mode prévention de la famine toute l’année et avons évité les pires résultats, mais cela ne suffit pas », a alerté Makena Walker, la Représentante par intérim du PAM au Soudan du Sud.
Parmi les 7,76 millions de personnes qui seront confrontées à une faim aiguë, 2,9 million de personnes seront en phase d’urgence (IPC 4).
« Sans l’aide alimentaire humanitaire, des millions d’autres personnes se retrouveront dans une situation de plus en plus désastreuse et dans l’incapacité de fournir la nourriture la plus élémentaire à leur famille », a ajouté Mme Walker.
Bien que la sécurité alimentaire se soit légèrement améliorée dans certaines régions du pays, la crise nutritionnelle s’aggrave dans tout ce pays de la Corne de l’Afrique. Tous les comtés sauf un affichent une détérioration de leur situation nutritionnelle jusqu’en juin 2023.
Une situation jugée critique dans 44 comtés du pays
« Parmi les personnes touchées, nous trouvons un nombre croissant d’enfants souffrant d’insécurité alimentaire et de malnutrition, ce que la communauté internationale ne peut ignorer », a détaillé Jesper Moller, Représentant par intérim de l’UNICEF dans ce pays.
Selon l’ONU, la situation est jugée critique dans 44 comtés et la majorité de la population y sera en situation d’urgence (phase 4 du CPI) pendant la période de soudure de 2023. Dans les États de Jonglei et d’Unity par exemple, des poches de population risquent de connaître une insécurité alimentaire aiguë (phase 5) pour la période d’avril à juillet 2023.
Par ailleurs, les régions centrales du pays, qui sont les plus touchées par les inondations pluriannuelles, sont celles qui présentent les niveaux les plus élevés d’insécurité alimentaire dans ce pays.
Plus largement, le déclin de la sécurité alimentaire et la forte prévalence de la malnutrition sont liés à « une combinaison de conflits, de mauvaises conditions macroéconomiques, d’événements climatiques extrêmes et de la hausse vertigineuse des prix des aliments et du carburant ».
Un financement urgent pour éviter une aggravation de la situation humanitaire
Face à cette menace, le soutien aux moyens de subsistance est particulièrement nécessaire pour faciliter l’autosuffisance alimentaire.
« Nous savons que le potentiel existe puisque quelque 840 000 tonnes de céréales ont été produites en 2021, au cours d’une année difficile marquée par le changement climatique, les inondations, le conflit et d’autres facteurs. Avec le déficit céréalier actuel de 541.000 tonnes, des investissements urgents dans les moyens de subsistance ruraux sont nécessaires pour augmenter la production et l’autosuffisance alimentaire », a fait valoir Meshack Malo, Représentant de la FAO au Soudan du Sud.
Pour l’ONU, des fonds pour la réponse humanitaire de 2023 sont requis de toute urgence dans les prochains mois, sinon les agences humanitaires ne seront pas en mesure de prépositionner l’aide humanitaire à temps pour l’année prochaine, laissant des millions de familles en danger de s’enfoncer dans la faim.
« Il est vital que nous recevions des engagements de la part des donateurs pour 2023 afin d’éviter une aggravation de la situation humanitaire dans tout le pays », a conclu Sara Beysolow Nyanti, Coordinatrice résidente et humanitaire des Nations Unies pour le Soudan du Sud. (ONU)

Monde 2022-11-03 19:19:00