×
A
A
A
Réglage

Astana a accueilli la réunion plénière du 6ème Sommet de la Conférence pour l'interaction et les mesures de confiance en Asie
Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a participé à la réunion VIDEO

Astana, 13 octobre, AZERTAC

Astana accueille jeudi 13 octobre la réunion plénière du 6ème Sommet de la Conférence pour l'interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA).
Le président de la République d’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, participe à la réunion.
Les chefs d’Etat et de gouvernement ont posé pour une photo de famille.
Tout d’abord, l'ordre du jour de la réunion plénière a été adopté.
Ensuite, le Koweït a obtenu le statut d'État membre de la CICA. Ainsi, il est devenu le 28ème État membre de la CICA. Le Turkménistan a rejoint la CICA en tant qu'État observateur.
S'adressant à l'événement, le président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev, président de la CICA, a abordé le travail accompli depuis le 5ème Sommet.
Puis, le message vidéo du Secrétaire général des Nations Unies António Guterres aux participants à la réunion a été projetée.
Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev est intervenu lors de la réunion plénière.

Discours du président Ilham Aliyev

- Distingué Président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokaïev,
Distingués Chefs d'Etat et de Gouvernement,
Mesdames et Messieurs,
Tout d'abord, je tiens à remercier le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, de son invitation au 6ème Sommet de la CICA et de son hospitalité.
Au cours de la récente visite officielle réussie du président Tokaïev en Azerbaïdjan, nous avons eu des discussions fructueuses sur les questions actuelles de l'agenda bilatéral.
L'Azerbaïdjan soutient les réformes politiques et socio-économiques au Kazakhstan sous la direction du président Tokaïev.
Chers collègues,
 la suite de la victoire remportée dans la Seconde guerre du Karabagh, il y a 2 ans, l'Azerbaïdjan a libéré ses territoires de l'occupation arménienne, mis fin au conflit du Karabagh qui durait depuis trois décennies, a rétabli la justice et a assuré, lui-même, la mise en œuvre des 4 résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU adoptées en 1993, exigeant le retrait inconditionnel des forces armées arméniennes des territoires occupés de l'Azerbaïdjan.
Nos villes et villages, monuments culturels et religieux, mosquées ont été délibérément détruits, profanés et pillés par l'Arménie tout au long de près de 30 ans d'occupation. Même les mosquées étaient utilisées comme étables pour garder les animaux.
Malheureusement, pendant trois décennies, nous n'avons jamais entendu de protestation de la part de la société arménienne à un tel vandalisme, au contraire, ces destructions, les vandales et criminels de guerre arméniens ont même été glorifiés et présentés comme des héros.
L'Arménie a commis de manière systématique des crimes de guerre contre les civils et militaires azerbaïdjanais. Environ 3900 citoyens azerbaïdjanais sont toujours portés disparus depuis la Première guerre du Karabagh. La plupart d'entre eux ont été torturés, tués et enterrés dans des charniers. Cette année, nous avons découvert des charniers dans deux villages libérés.
L'Arménie doit fournir à l'Azerbaïdjan des informations sur le sort des personnes portées disparues et l'emplacement exact des fosses communes. Nous exigeons ces informations depuis près de 2 ans, mais le gouvernement arménien refuse de les partager avec l'Azerbaïdjan, s'associant ainsi aux dirigeants criminels des régimes arméniens précédents.
L'Azerbaïdjan est l'un des pays les plus minés au monde. Selon les premières estimations, pendant la période d'occupation, l'Arménie a posé plus d'un million de mines terrestres. Au cours des 2 années qui ont suivi la Seconde guerre du Karabagh, plus de 250 citoyens azerbaïdjanais ont été tués ou gravement blessés dans les explosions de mines terrestres. Les experts internationaux estiment que l'Azerbaïdjan a besoin de près de 30 ans et de 25 milliards de dollars américains pour le déminage de son territoire.
Maintenant, parallèlement aux opérations de déminage, l'Azerbaïdjan entreprend, grâce à ses propres moyens financiers, des travaux de reconstruction à grande échelle dans les terres libérées. Nous avons également entamé le processus de retour des anciens déplacés internes dans leur terre natale. Le programme appelé « Grand retour » est déjà lancé.
Bien que le conflit du Karabagh ait été réglé, l'Arménie ne cesse de commettre des provocations à la frontière, dont la dernière a eu lieu en septembre dernier. Les forces armées azerbaïdjanaises ont été contraintes de lancer une opération de contre-offensive afin d'empêcher la provocation militaire de l'Arménie et la responsabilité de toutes ces provocations incombe aux dirigeants militaro-politiques de l'Arménie.
Malgré les souffrances de plus d'un million d'Azerbaïdjanais pendant 30 ans à la suite du nettoyage ethnique commis par l'Arménie, d'une brutalité sans précédent et de la destruction de centaines de nos villes et villages, l'Azerbaïdjan a proposé à l'Arménie de signer un traité de paix dans le cadre de la reconnaissance mutuelle de l'intégrité territoriale.
Chers collègues,
Les projets d'infrastructure de transport à grande échelle mis en œuvre par l'Azerbaïdjan ont transformé notre pays en l'un des principaux centres internationaux de transport et de logistique. Au cours des 9 premiers mois de l’année 2022, le transit via l'Azerbaïdjan a augmenté d’environ 65 %.
L'Azerbaïdjan apporte une contribution significative au développement des corridors de transport Est-Ouest et Nord-Sud. L'Azerbaïdjan promeut activement la création du corridor de Zenguézour, qui fera partie intégrante du Corridor médian.
Depuis 2019, l'Azerbaïdjan préside, par décision unanime des États membres, le Mouvement des pays non alignés, la deuxième plus grande structure internationale après l'ONU. Notre présidence a été unanimement prolongée d'un an jusqu'à fin 2023.
Nous déployons d'énormes efforts pour renforcer la solidarité au sein du Mouvement des non-alignés (MNA) et pour accroître le poids politique et la réputation mondiale du Mouvement. L'Azerbaïdjan promeut activement l'idée de l'institutionnalisation du MNA à cette fin. Dans ce contexte, il convient de mentionner le Réseau parlementaire du MNA et l'Organisation des jeunes du MNA, créés à l’initiative de l'Azerbaïdjan. Nous avons également suggéré de convoquer l'année prochaine une réunion de haut niveau des États membres du MNA pour échanger des vues et formuler la position du Mouvement concernant le monde post-COVID-19.
Merci !

X X X

Ensuite, d'autres chefs d'Etat et de gouvernement, ainsi que des chefs de délégations ont pris la parole.
La réunion plénière a constitué une occasion pour discuter des projets de transformation de la CICA en une organisation internationale à part entière.
Le Kazakhstan présidera la CICA pour les deux prochaines années, 2022-2024.
La réunion plénière s’est soldée par l’adoption de la Déclaration d'Astana et d'autres documents.
La Conférence sur l'interaction et les mesures de confiance est un forum international réunissant des pays asiatiques.
La CICA est un forum multinational pour renforcer la coopération en vue de promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité en Asie. C'est un forum fondé sur la reconnaissance qu'il existe un lien étroit entre la paix, la sécurité et la stabilité en Asie et dans le reste du monde.
Le 6ème Sommet était consacré au 30ème anniversaire de l'initiative de convocation de la CICA et s'est tenu sous la présidence du Kazakhstan. 11 chefs d'État, dont ceux de l'Azerbaïdjan, de la Turquie, de la Russie, de l'Iran, de l'Ouzbékistan, du Kirghizistan, de l'Irak, de la Palestine, du Tadjikistan, ainsi que le Premier ministre du Pakistan, l'émir du Qatar, le vice-président du Vietnam, le vice-président et cinq ministres de la République populaire de Chine, le président du Bélarus, observateur auprès de la CICA, ont pris part au sommet.

Chronique officielle 2022-10-13 15:43:00

Video