AGENCE D'INFORMATION
D'ETAT DE L'AZERBAÏDJAN

A
A
A
Réglage

Le Conseil de coordination des Azerbaïdjanais de France a publié une déclaration sur la prétendue investiture dans les territoires azerbaïdjanais occupés

Bakou, 22 mai, AZERTAC

Alors que la pandémie continue de faire des ravages dans le monde entier, la tenue de l'« élection présidentielle » par le soi-disant régime établi dans les territoires occupés azerbaïdjanais et la planification de l'investiture le 21 mai à Choucha constituent une menace aux normes du droit international, à la paix et à la stabilité dans la région, ainsi qu'une provocation à l'endroit de l'Azerbaïdjan.
C'est ce qui ressort d'une déclaration officielle du Conseil de coordination des Azerbaïdjanais de France sur le soi-disant « serment » organisé par l'agresseur Arménie dans les territoires azerbaïdjanais occupés.
« Le Karabagh, c'est l'Azerbaïdjan ! Un certain nombre d'Etats et d'organisations internationales, en dénonçant ce « show électoral », ont déjà déclaré avoir soutenu l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan et ne pas reconnaître la soi-disant République du Haut-Karabagh et les « élections » qui y ont eu lieu. Plusieurs Etats du monde, y compris les organisations internationales telles que l'Union européenne, l'OSCE, l'OTAN, l'Organisation de la Coopération islamique, le Mouvement des non-alignés, le Conseil turcique, l'Organisation pour la démocratie et le développement (GUAM), le Parlement européen, l'Assemblée parlementaire des pays turcophones (TURKPA), des médias renommés, notamment des personnalités influentes ont déclaré ces soi-disant élections et leurs résultats illégaux et illégitimes, en les qualifiant de provocation délibérée, de démarche politique irresponsable nuisant à la paix et la stabilité dans le Caucase, de sérieux obstacles empêchant la résolution pacifique du conflit et de menace aux normes du droit international. Soutenu seulement par les dirigeants de l'Arménie, les soi-disant régimes, ainsi que le lobby arménien, le régime d'occupation non reconnu par aucune organisation internationale ni aucun pays et les prétendues élections qu'il a organisées sont contraires au droit international.
Dans le même temps, ce pas, qui porte un coup sévère au processus de négociations visant le règlement du conflit du Haut-Karabagh entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, met à nu les véritables intentions de la partie arménienne et montre une fois de plus qu'elle n'est absolument pas intéressée à le résoudre. La tenue d'élections illégales par un parlement illégitime est une nouvelle tentative de l'Arménie de tromper la communauté internationale dans le cadre des pourparlers de paix. C'est la raison pour laquelle les pays du monde, notamment les organisations internationales doivent obliger l'Arménie à respecter les normes du droit international en lui imposant des pressions et des sanctions plus sévères », lit-on dans la déclaration.
« La tenue de l'élection présidentielle illégale et l'organisation de la cérémonie de prestation de serment dans les territoires azerbaïdjanais reconnus par la communauté internationale sont inacceptables.
Nous, des Azerbaïdjanais vivant en Europe (aux États-Unis, au Canada, en Israël) condamnons avec virulence ces actes provocateurs commis dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan, en les considérant comme une poursuite des activités criminelles de l'Arménie, pays occupant, et du régime séparatiste, responsables des massacres de civils azerbaïdjanais, en particulier de celui de Khodjaly.
Nous vous demandons d'intervenir immédiatement afin d'empêcher l'investiture du faux président du régime séparatiste et arrêter le soutien apporté par l'Arménie à cet acte criminel », indique la déclaration.

 

Politique 2020-05-22 15:27:00